AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Partagez

Hank Summers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Buffy Summers
Buffy Summers
Héroïne de Sunnydale
Hank Summers 181215043644849843
Hank Summers 200206042430506298
J'ai commis des meurtres, environ : 110154 Je suis : Une tueuse de vampires, l'élue. Je suis âgé de : 21 ans Ce qui me démarque des autres c'est : Ma force surhumaine, ma facilité à guérir et je peux encaisser les coups de manière spectaculaire. À l'Université, il parait que : Je suis étudiante en psychologie à l’Université de Sunnydale. Je suis aussi Capitaine des Cheers.
Je crèche dans le bâtiment : Stevenson
Je suis en amour avec : Daniel Osbourne : Avec lui je peux être la vraie moi, il me fait sentir comme une fille normale.
On me voit souvent avec : Candice Merteuil : l'une de mes meilleures amies qui est en occurence aussi une tueuse. J'espère être capable de la protéger des sales mains du Conseil, Jeremy Lewilton : l'un de mes meilleurs amis, mais nous avons une légère friction ces temps-ci, Valentin Weber : mon meilleur ami, Alexandre Harris : mon meilleur ami depuis quatre ans, Angel :Je l'aime d'un amour qui ne cessera jamais de brûler, mais malheureusement notre relation est impossible, Aiden Summers : mon fils venu du futur, je cache la vérité à mes amis, mais je l'apprécie bien, je lui fais confiance,Anastasia Zaltizev : une potentielle une peu trop intense qui se fera vite tuer si elle continue comme ça, mais j'essaie de l'aider du mieux que je peux, Dawn Summers : ma petite soeur, elle m'exaspère, mais bon c'est la vie...
Je me bagarre souvent avec : Willow Rosenberg : Willow de notre monde n'existe plus, je dois m'y habitué, mais je ne peux pas laisser la Willow d'une autre dimension briser tout ce que je me tue à protéger, Béatrice Lowell : Je déteste cette catin de vampire, elle est folle à liée, Aube Summers : Ma fille bien aimée, elle me déteste pour je ne sais quelle erreur que je n'ai même pas encore commise.
On dit de moi que je suis : Spontannée, sociable, généreuse, humaine, emphatique, intelligente, analytique Mais aussi que je peux être : Orgueilleuse, bornée, n'écoute jamais, égocentrique, impatiente, fouineuse Je ressemble beaucoup à : Sarah Miichelle Gellar Je dois mon avatar à : unreleased ◭ DC : Jenny Calendar
Statut : OR

Hank Summers Empty
MessageSujet: Hank Summers  Hank Summers EmptyLun 23 Déc - 0:54

img

Hank Summers
entité neutre
NÉ  À LOS ANGELES CALIFORNIE x HUMAIN x 48 ANS x DIVORCÉ x PÈRE ABSENT x AVOCAT x FEAT (joaquin phoenix)
avatar
Hank Summers est le père de Buffy. Divorcé d'avec Joyce, il voit rarement sa fille. On ne l'a pas vu beaucoup dans la série, donc c'est un père très absent pour Buffy... Ce n'est pas vraiment son image paternel. Dans l'épisode Billy, on voit le père de Buffy. Il vient à Sunnydale pour lui dire que la cause de son divorce d'avec Joyce est à cause d'elle... Mais cet épisode est en fait les pires craintes de nos personnages... Et celles de Buffy est d'être la cause du divorce de ses parents et d'être enterré vivante... Et dans cet épisode, ça se produit...Bref, pour en revenir à Hank, il est très absent pour Buffy et c'est mieux ainsi... Pourtant il revient enfin à Sunnydale après des années d'absences dans la vie de sa fille. N'ayant pas en tête de revenir avec Joyce, il veut tout simplement être présent pour sa fille. Il ne sait pas tout ce qui s'est passé dans la vie de sa fille depuis sa séparation. Il ne sait pas qu'elle est une tueuse et il ne sait pas que c'est à la cause de tous les problèmes d'école de sa fille. Pourtant il a bien en tête de revenir et de créer de nouveaux liens avec sa fille depuis qu'elle a maintenant dix-huit ans, il croit que ce sera plus facile pour lui. Ne s'attendant pas à découvrir un monde maléfique, d'enfer et de vampires.

Hank avait souvent des week-ends père/fille avec Buffy et Dawn immédiatement après son divorce de Joyce. Hank a finit par se transformer en l'archétype du père de la classe supérieure. Malgré la richesse relative et la prospérité, Buffy et Dawn ne pouvaient pas compter sur lui pour tenir ses promesses, et il ne jouait pas non plus son rôle de père. Cela a poussé les deux sœurs à accepter Rupert Giles comme leur nouvelle figure paternelle.

En 1997, Hank a passé l'été avec Buffy. Hank était censé amener Buffy à un spectacle de patinoire pour son dix-huitième anniversaire mais il a été annulé à la dernière minute.

Buffy affirme que le divorce de ses parents était en partie à cause de l'infidélité de Hank. Lorsque Buffy a entendu parler de son père, il avait déménagé en Espagne avec sa secrétaire, mais elle n'a pas été en mesure de le contacter quand sa mère est morte. En 2001, Dawn avait parlé avec son père pendant l'été mais elle et les autres Scoobies lui ont cachés la mort de Buffy puisqu'ils savaient que Hank aurait emmener Dawn avec lui.

Des années plus tard, Buffy a été poignardée par un Démon Glarghk Guhl Kashmas'nik qui lui a donné des hallucinations. Dans ses hallucinations, Buffy était une patiente dans un asile où sa vie de Tueuse n'était rien d'autres qu'une illusion. Hank était encore marié à Joyce et prenait soin de sa fille unique. À la fin de l'épisode, il est difficile de savoir si c'était simplement une hallucination ou si Buffy se trouvait réellement dans un asile.


codage ©️ Sine Nomine Vulgus





who are you ?


 
buffy  &  devon


14 OCTOBRE 1987


Les feuilles colorées de l'automne commençaient à tomber sur le terrain de ce parc ensoleillé. Un petit manteau rose et des petites bottes blanches se démarquaient de tous les autres enfants qui jouaient dans les balançoires. Deux petites lulus blonde se baladaient dans le courant  du vent que créait la vitesse de la balançoire sur laquelle Buffy était assise. Poussée par son père, qu'elle aimait d'un amour inconditionnel. L'homme de sa vie. Buffy s'amusait. Une petite fille normale, aimante, chaleureuse et drôle. Elle aimait les câlins, jouer à la poupée, manger du chocolat et surtout passer du temps avec son père. Un saut dans les airs et elle retombait sur ses pieds comme un petit chat tout en se retournant vers Hank Summers.

C'est moi Buffynator ! Je suis la plus forte, tu ne m'attraperas jamais papa !!

Avec sa petite voix cristalline et du haut de ses six ans Buffy se prenait déjà pour un super héro inébranlable. Une enfant dynamique et remplie de joie de vivre. La petite blondinette commençait alors à courir dans tous les sens pour que son père l'attrape. Elle grimpait dans une échelle pour se rendre au haut d'un jeu pour enfant, ça lui semblait si haut dans le ciel et pourtant. Utilisant la glissade de plastique mauve fluo pour échapper à la vue de son père. Elle n'avait pas fait attention, continuant sa course à la sortie de la glissade et une roulade dans la gravelle lui irrita le genou et le coude. Buffy n'était pas une enfant qui pleurnichait en se faisant mal. La vue de sa peau défraichie et rouge n'était pas le genre de chose qui apeurait la petite fille qui croyait être un super héro.  

Un homme qui n'était pas son père, un homme d'une quarantaine d'années approchait la petite blonde en s'accroupissant à son niveau. Inoffensive et innocente avec son coeur de petite fille, Buffy lui affichait un sourire. Bonjour, avez-vous vu mon papa ? La petite blonde n'avait pas la langue dans sa poche. Ses parents lui avaient demandé à plusieurs reprises de ne pas parler aux inconnus. Los Angeles était une grande ville et on ne pouvait pas faire confiance à tout le monde, c'est ce qui lui avait été enseigné. Mais Buffy n'écoutait jamais, elle avait une petite tête de cochon du haut de ses trois pommes.

Tu es seule petite fille ? Je pourrais bien m'occuper de toi. Si tu m'accompagnes, je vais soigner ces tout petit bobos et te donner quelques friandises. J'ai de la crème glacée au chocolat à quelques pas par là. Tu as envie ?

Buffy tendit la main au monsieur. Inconsciente à cette âge des réalités de la vie que ce monde portait. Elle ne savait pas qu'un jour elle aurait à luter contre ce genre d'homme. L'homme l'aidait à se remettre debout sur ses petites jambes et il entrainait la petite aux lulus dorées avec lui. Marchant main dans la main comme s'il était son père ou un homme de confiance. Buffy se laissait entrainer par l'envie de manger cette crème glacée au chocolat que le monsieur lui avait promise.

Le papa de Buffy criait son prénom dans le parc. Chaque seconde après l'avoir perdu de vu. Il se sentait si mal, en panique. Son monde s'effondrait. Comment allait-il expliquer à Joyce ? Sa femme, la maman de Buffy qu'il avait perdu leur fille. Il courait dans tous les sens et enfin il avait eu de la chance. Le manteau de Buffy, ses petits bottillons blanc. Elle tenait de sa petite main fragile celle d'un homme qui ne respirait ni la confiance, ni la sincérité. Du point de vue d'un adulte, il paraissait bien différent. Hank commençait à courir pour rattraper sa fille. Sautant dans le dos de l'homme afin de le détacher de son emprise sur sa fille. Il ruait de coups au visage, l'homme qui avait tenté de lui enlever sa fille, sa petite princesse. Sa chair et son sang. Buffy se reculait et tombait sur ses petites fesses en commençant à pleurer.

Papa, arrête, papa........

Hank se retournait en se redressant debout pour regarder sa fille. Soulagé et à la fois fou de colère qu'elle ait suivit un homme qu'elle ne connaissait pas. Ses émotions jouaient entre cette crainte de l'avoir perdu qui se dissipait et l'irresponsabilité de son enfant. Il regardait les yeux de sa fille qui lui disait arrête, mais il donna quand même un dernier coup de pied dans le ventre de l'homme. Se rapprochant de sa fille pour la prendre dans ses bras et laisser l'homme geindre par terre. Portant sa fille dans ses bras larges et musclés de papa à la mode. Il s'approchait d'une cabine téléphonique pour appeler la police et dénoncer cet homme qui était toujours étendu dans la rue sous les coups du père. Il tappotait le dos de la petite Buffy en lui chuchotant.

Ça va aller ma chérie. Ça va aller. Papa est là.



***


Et je suis là à bout de forces. J'entend encore claquer cette porte. J'ai du manger trop lourd avant de dormir. Ce n'est pas un rêve, c'est un délire. C'est un cauchemar les yeux ouverts. Ses yeux ne me reconnaissent plus. Je suis là, couchée devant lui avec l'odeur d'un autre sur ma chemise. Je voudrais revenir à hier, mais je ne pouvais pas. Je sais parfois que je suis mal habile, que je ne suis pas la plus belle en ville, mais je donne le meilleur de moi. Je sens ses mains se poser sur mon corps. Il me retourne et serre tellement fort. J'essaie de me déprendre, mais pour le moment, rien ne fonctionne. Il est dans un tel excès de rage que même ma force ne sert à rien.

Il était vulgaire, il prononçait des mots que jamais il ne m'aurait prononcés avant. Ses paroles étaient encore plus douloureuses que ses actes.  Me taper deux mecs dans la même soirée ce n'était pas un problème pour moi ? Me rabaisser, me faire sentir comme une chose, c'est exactement ce qu'il faisait en utilisant ces mots. Je n'étais qu'un objet qu'il voulait utiliser pour assouvir une soif de désir ardente qui allait au delà de l'amour. Il me prouvait en cet instant que je n'étais plus rien pour lui. Rien du tout. Il disait m'aimer, et pourtant...

Le viol est un acte irréparable et impardonnable. Je restais une femme malgré mon statut de tueuse. Être capable de prendre les coups ne lui donnait pas le droit de poser ses mains sur moi et d'abuser de mon esprit. Ses mains qui retiraient ce morceau de tissu, c'était au delà du cauchemar. Ce que je ressentais était bien pire qu'une simple haine. Quel droit avait-il sur moi ? Il se permettait des choses que même durant notre intimité commune durant plus d'une année il ne s'était par permis.

Du plus loin dont je me souvienne, mon père n'avait jamais aimé que les garçons m'approchent. Tout au long de mon adolescence, il avait détesté tous mes petits amis. Lorsque j'étais au lycée Emery à Los Angeles, avant qu'on me renvoie pour avoir incendier la salle de gym pour lutter contre des vampires, mon père était très protecteur. Avant que tous mes problèmes de tueuse commencent. Lorsque j'avais encore mon père pour me protéger. Avant la séparation de mes parents. Peut-être qu'en t'en qu'homme, il savait ce que c'était que de contrôler ses pulsions envers les filles. Il pouvait avoir ce point de vu objectif en t'en qu'homme normalement constitué du cerveau.

Le fantasme de se faire prendre de force était sans aucun doute présent dans tout esprit féminin. Cependant le vivre, c'était bien différent. Je sentais le membre durcir de Devon contre mes fesses et pourtant il n'y avait rien d'excitant. En ce moment même, je n'étais plus la tueuse. Je n'étais qu'une petite fille de six ans qui aurait voulu que son père la protège. Je pouvais être puissante, je pouvais être forte, mais avec Devon c'était tout autre chose. Peut-être que l'absence paternelle durant le reste de mon adolescence m'avait vraiment marqué au fond. Peut-être que tout ce que racontait les professeurs et les directeurs de lycée à mon sujet était vrai. J'avais manqué d'une présence paternelle solide. J'étais attirée par la douleur, attirée par ce que les hommes plus sombres et maléfiques dégageait. Ça devait être à cause de mon père. Lui qui m'avait abandonné. Grâce à son absence, j'avais pu rencontrer Angel.... Devon.... Deux hommes que, si mon père aurait été présent, je n'aurais jamais eu le droit de fréquenter.

Papa..... Un puissant coup de tête fracassa le nez de Devon qui fut propulser par derrière. Mes poignets libérés de son emprise venait s'agripper à la pelouse sur le sol, m'aidant à me relever. Remontant mes pantalons rapidement, ça ne prit pas beaucoup de temps que mon genou entrait en contact avec le visage de Devon qui était accroupit et étourdit par ce puissant coup de tête que je lui avait donné. J'agrippais alors ses cheveux d'une seule main pour le trainer par terre contre le sol. Je le trainais jusqu'au bâtiment le plus proche pour le soulever tranquillement dans les airs en écrasant la peau de sa joue contre la brique. Je continuais de le soulever du sol jusqu'à sa pleine hauteur, arrachant au passage sa peau qui s'égratignait contre la pierre. Je tenais fermement ses cheveux et d'un geste puissant, je décollais son visage du mur pour revenir précipitamment lui fracasser contre celui-ci de nouveau. Je le laissais ensuite tomber par terre, le dévisageant de tout mon mépris. Les yeux remplis d'eau et de colère. Un puissant coup de pied dans le ventre le propulsa ensuite sur le rebord de l'eau où sa tête était tombée autrefois. Je saute dans les airs pour atterrir sur lui et empoigne de nouveau ses cheveux pour lui mettre la tête sous l'eau. Je la maintenais fermement sous l'eau et la relevait après seulement quelques minutes pour qu'il puisse prendre une respiration. Je le chevauchais pour ne pas qu'il puisse bouger son corps.

C'est ça que tu veux Devon ! Tu veux ma colère ! Tu veux voir mon côté sombre !!! Tu viens de commettre un acte que je ne pourrais jamais te pardonner. Tu ne pourras jamais faire machine arrière Devon. Tu m'as entendu !? TU M'AS ENTENDU !!!!!?????? JAMAIS !!!!!

Cette rage en moi devenait de plus en plus immense, je ne me contrôlais plus après ce qu'il venait de me faire subir. Je replongeais sa tête sous l'eau avant qu'il puisse me répondre. Maintenant toujours ses cheveux d'une poigne de fer. J'avais envie qu'il souffre autant que je venais de souffrir. Il n'avait pas que commis un viol. Il avait fait surgir de très vieux souvenirs en moi que j'aurais préféré oublier aujourd'hui. J'aurais préféré ne jamais y repenser. Cette tristesse, depuis mon enfance que j'avais vécu. J'étais la cause de pourquoi mon père nous avait abandonné ma mère et moi. Depuis toute petite, je n'avais jamais écouté ses consignes et voilà où j'en étais aujourd'hui. Sur le dos d'un homme qui avait tenté de me violer à lui maintenir la tête sous l'eau comme la meurtrière qu'au fond j'ai toujours été.



DESIGN ϟ  VOCIVUS // IMAGE BY VOCIVUS  

_________________

the slayer
La vie c'est un jeu où chacun prend sa part et chante sa propre histoire au reflet du miroir. Tout va bien et si parfois tu pleures, la chance du bonheur réchaufferas ton coeur. C'est dure d'être comme toutes les autres filles. De faire parti du monde qui brille. Mes amis ne savent pas pourquoi j'ignore ces milles choses sans rapport avec mon propre sort. Toutes les joies, les amis, la famille ça finit.Toutes les claques, coup du sort, lorsque frappe la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Hank Summers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Hellmouth ::  :: IL Y A DES ÉLUS :: LES HUMAINS-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet